RISPAL Paris — Réédition de luminaires iconiques des années 50

Le mystère
Georges Léon Rispal

On sait peu de choses du créateur de Rispal.

Fils de négociants en vins, il est né en Paris en 1901. C’est en 1924 qu’il fonde sa société de luminaires dans le 11ème arrondissement de la capitale, au 172 rue de Charonne. Son activité cesse en 1982.

Les usines et le magasin d’exposition sont alors détruits pour laisser place à un programme immobilier. Lors de cette opération, c’est l’ensemble des plans, des documents de fabrication et autres outillages qui disparaissent.

En somme, le savoir-faire de la société Rispal.

Du classicisme
à l’avant-gardisme

Les productions Rispal étaient extrêmement variées et de facture plutôt classique.

Cependant, au début des années 50, un catalogue particulièrement avant-gardiste fait son apparition. Son nom : « Formes Nouvelles ». On y trouve des modèles largement inspirés du design scandinave mais aussi, dit-on, par l’artiste Jean Arp.

Le catalogue « Formes Nouvelles » permettait aussi aux architectes et décorateurs de composer leurs propres créations. Un vaste choix d’éléments – opalines, abats jours, pièces en bois, piètements – étaient proposés à l’unité et combinables entre eux au gré des envies de chacun.

Icône et fiction

S’il y a un modèle qui représente à lui seul l’avant-gardisme de Rispal, c’est sans conteste la « mante religieuse ». Un nom qui fut donné au fil du temps par les antiquaires et les décorateurs. En réalité, les produits Rispal ne portaient pas de noms mais des références.
La « mante religieuse » est très souvent attribuée à un certain Jean Rispal. Ceci n’est que pure fiction, les luminaires Rispal étant dessinés par un bureau de style intégré au sein de l’entreprise.

Renaissance

Douglas Mont, designer de luminaires depuis plus de 20 ans, collectionneur de lampes Rispal, véritable passionné, a souhaité faire renaître ces créations emblématiques de l’âge d’or du mobilier français . Cinq années de recherche, de rencontres et d’expérimentations plus tard finiront de le convaincre de relancer cette marque historique.

Challenge

Sans aucuns plans, sans aucuns documents de fabrication ni outillage, rééditer ces lampes s’apparentait à une mission quasi impossible. Preuve en est, la technique de production des abats jours en acétate de cellulose de la Mante Religieuse, emblématiques de la marque, fut entièrement à réinventer.

Engagements

Nos luminaires sont entièrement fabriqués en France. Nos partenaires ont été rigoureusement sélectionnés pour la qualité de leur travail et leur respect de l’environnement. La plupart ont reçu le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant). Pour des raisons écologiques, nous avons décidé de bannir l’utilisation des bois exotiques utilisés à l’époque tels que le teck ou l’acajou.
Nous les avons remplacés par le frêne, le noyer et le chêne, issus de forêts françaises gérées durablement (label PEFC).

Formes nouvelles et nouvelles formes

Notre but principal est de rééditer pour la première fois les créations iconiques de l’entreprise Rispal. Mais nous avons aussi à cœur d’inscrire la marque dans le futur avec l’édition de nouveaux modèles dessinés par Douglas Mont. Des luminaires qui respectent l’esprit et l’ADN historique de la marque. Comme un hommage à l’avant-gardisme du catalogue Formes Nouvelles.